Les jeux les plus WTF !

Les jeux les plus WTF !

0

La dernière fois, je vous ai proposé un voyage en enfer avec les univers les plus horrifiques. Que diriez-vous de changer de registre et de rigoler un bon coup avec les jeux les plus WTF ?

sunset overdrive

Sunset Overdrive

Pour commencer cette catégorie, on va directement taper dans du lourd avec le plus que surprenant Sunset Overdrive.  Sortie en octobre 2014 et développée par Insomniac  Games, cette exclusivité Xbox est la raison qui m’a poussé à acheter la console. L’histoire se déroule dans la ville ensoleillée de Sunset City, dans un univers dystopique ou une marque appelée FizzCo contrôle la société. Oui, rien que ça. Dès la lecture du synopsis on comprend que Sunset Overdrive ne se prend absolument pas au sérieux. Et rassurez-vous, c’est le cas ! Le jeu est un concentré de fun et de what the fuck en tous sens. Les actions réalisables sont hors de sens, on peut grinder sur les câbles, courir sur les murs, faire des rebonds, planer et j’en passe. Les armes ne sont pas plus crédibles avec des lances oursons, des frigobombe ou encore des lazers . Enfin, pour rajouter une dose de surprise supplémentaire, Sunset Overdrive fait partie de ses titres qui brisent en permanence le quatrième mur. Notre héros est conscient d’être dans un jeu vidéo et n’hésitera pas à le rappeler ! Sunset Overdrive est sans équivoque l’un des jeux les plus tordus auquel j’ai pu jouer, et c’est rassurant de voir qu’il existe encore des studios avec autant d’audace !

Saints Row

En 2006, le studio Volition prend un pari plus que risqué : affronter le roi du monde ouvert (à savoir GTA) sur son propre terrain. C’est ainsi que naît Saints Row, qui a à sa manière tentera de concurrencer le mastodonte de Rockstar.  De manière totalement logique, le résultat est sans appel et Saints Row ne rivalise pas avec son rival. Cela dit, en 2011 sort Saints Row 3 qui agira comme le déclic pour Volition. En effet, le jeu se permet (maladroitement) quelques libertés en termes de physique ou de cohérence dans le gameplay et le réalisme : et ça plaît ! Ni une ni deux, Volition profite de l’engouement et c’est en 2013 que sort Saints Row IV : et c’est le BORDEL. Fini le réalisme, l’ambiance gangsta et autres dramaturgies. Désormais, nos thugs affrontent des Aliens, explorent des corps humains via sondes anales, sauvent le monde et affrontent des robots. Un tel revirement de situation est absolument dingue et pour son dernier jeu officiel, Volition se lâche. On peut voler, planer, tirer des lasers, mettre des supers coup de poing etc. Saints Row n’est plus un GTA like mais un vrai foutoir bénéficiant d’un univers totalement dénué de sens mais à se tordre de rire. Comme quoi, les différences peuvent plaire !

saints row

Nous avons déjà présenté deux jeux qui se démarquent totalement par leur illogisme total. Et comme vous le savez, ils n’en sont pas mauvais pour autant. Qu’il s’agisse de Sunset Overdrive ou de Saints Row, on passe des heures à rigoler, à être surpris et surtout à se divertir. Allez, on continue les jeux les plus wtf !

Dans Catherine, ce n’est pas que l’univers qui est tordu, c’est le jeu en lui-même.

catherine

Catherine :

Alors attention, on va s’attaquer à un très gros morceau et certainement l’œuvre la plus WTF de l’histoire. Dans Catherine, ce n’est pas que l’univers qui est tordu, c’est le jeu en lui-même. Qu’il s’agisse de son histoire, de son concept ou de son gameplay, c’est un titre débordant de créativité et d’absence de logique pour le plaisir des joueurs.  Pour résumer l’histoire (ce qui est presque impossible), on y incarne Vincent Brooks, un jeune homme qui se retrouve sous pression après que sa copine Katherine (avec un K) lui ai fait part de son envie pressante de se marier.  Dans le même temps, il rencontre Catherine (avec un C cette fois-ci) dans un bar. Tout ce stress va lui provoquer des cauchemars, cauchemars réputés comme meurtriers dans ce foklore si particulier. Vous êtes perdus ? Dites-vous que j’ai vulgarisé au maximum car résumer Catherine à ça serait insultant. Sous fond de romantisme, de sadomasochisme et de sexualité, Catherine est une œuvre très particulière à laquelle il est impossible de rester neutre. On adore où on déteste, mais dans la catégorie des jeux what the fuck, la palme d’or (ou plutôt la palme rose) est décernée légitimement à Catherine !

 Le jeu n’a aucune structure logique, aucun réel cadre que celui du plot original : vous êtes une chèvre et puis c’est tout.

Goat Simulator :

Je ne vais pas vous mentir, j’ai énormément hésité pour ce dernier jeu. J’aurais pu citer l’univers de Fortnite, celui de Rage, ou même celui de Fallout, mais j’ai décidé de garder le plus délirant pour la fin : Goat Simulator. Vu le nombre de DLC et de versions sorties depuis le premier lancement en 2014, Goat Simulator est presque une saga à lui tout seul. Investir dans l’ensemble des packs reviendrai à se ruiner en toute honnêteté.

Le concept ? Vous incarnez une chèvre immortelle et très puissante dans un monde ouvert réaliste visuellement. Si ce que je viens de vous dire ne vous a pas surpris, alors accrochez-vous. Goat simulator peut être défini par un seul mot : bordel. Dans ce jeu, c’est littéralement n’importe quoi. Notre chèvre peut s’envoler, aller sur la lune, sauver le monde, mettre le feu, défoncer des piétons etc etc. Le jeu n’a aucune structure logique, aucun réel cadre que celui du plot original : vous êtes une chèvre et puis c’est tout. Et le pire dans tout ça, c’est qu’il en reste l’un des plus grands succès commercial mais surtout critique sur la boutique Steam avec 89% d’évaluations positives. Avec son nombre incalculable d’ajouts et ses mods aussi dingues que le titre original, Goat Simulator malgré ses 4 ans d’ancienneté ne cesse de repousser ses limites. La logique, la physique et la science se mettent de côté pour laisser place à un univers que l’on peut définir simplement : what the fuck.

goat

Et voilà pour ce top (encore une fois subjectif) des jeux les plus wtf à mon sens ! Vous l’avez vu, nous avons exploré la surface de ces titres qui proposent des background hors de sens et de propos. Evidemment, il reste d’autres jeux que j’aurai pu citer à la place mais nous avons déjà atteints du très très lourd avec les œuvres citées ci-dessus. J’espère que ce petit top vous a plu et la prochaine fois, nous parlons des univers de jeux vidéo les plus oniriques !

A propos de l'auteur
Sylar

Sylar

Passionné de jeux vidéo depuis plus de 20 ans, et créateurs de contenus multimédias sur internet depuis 2009. J'ai commencé par faire des critiques gaming sur Dailymotion avant de m'exporter sur YouTube et lancer mon propre site pour vous partager ma passion du jeu vidéo.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués.*